Un début d’année 2020 qui ne dérogera pas à la règle pour les usagers de la route : il leur faudra un peu plus mettre la main au porte-monnaie pour emprunter les autoroutes françaises l’année prochaine. Cette information a été dévoilé par le secrétaire d’état au transport il y a quelques jours sur une radio national.

En gros : le prix des péages devrait augmenter de presque 2% en début d’année (février).

Les gilets jaunes ont la une raison claire de se remobiliser, car le maintien du prix des tarifs d’autoroute était une question essentielle au même titre que celle des carburants lors de la création du mouvement.

Jean-Baptiste Djebbari, notre tout jeune secrétaire d’état au transport, bien que mal à l’aise, justifie cette hausse par des anciens contrats passés avec les concessionnaires d’autoroutes lors du précédent quinquennat Hollande, en gros, des hausses automatiques liées à l’inflation et d’autres variables économiques.

Ces augmentations sont justifiées par les concessionnaires au motif de travaux autoroutiers à venir. Aux vues de la manne financière qu’il procure, peut être que l’état aura l’idée un jour de renationaliser le parc autoroutier.
Notons tout de même que sur le 10 dernières années, les tarifs autoroutiers ont augmenté de 20%